Call Us Now: +1 251 415-5119
”Réduits à néant”, ”horribles”, la presse étrangère allume des Wallabies surclassés par les All Blacks

”Réduits à néant”, ”horribles”, la presse étrangère allume des Wallabies surclassés par les All Blacks

La presse étrangère n’a pas été tendre avec l’Australie suite à sa défaite face à la Nouvelle-Zélande à Auckland dans le Rugby Championship.

Un pas en avant, deux pas en arrière. Encore“. Voilà comment le goldcoastbulletin décrit les prestations des Wallabies. L’optimise né de la courte défaite à Melbourne jeudi dernier a vite été balayé par des All Blacks déterminés et efficaces sur la pelouse de l’Eden Park. Ce qui attendait l’Australie à Auckland, ce n’était pas la revanche mais leurs vieux démons. Pour la légende australienne Tim Horan, les Wallabies ont été “totalement surclassés“. Même constat chez le sélectionneur des Wallabies, Dave Rennie, selon qui ses hommes ont été “dominés dans tous les domaines“. Le Canberra Times n’a guère été plus clément avec les Australiens, estimant que ces derniers avaient été “réduits à néant” par des All Blacks qui auraient pu leur infliger une défaite record. “Les Wallabies ont été horribles du début à la fin, réalisant 15 fautes de mains contre six pour les All Blacks tout en concédant deux cartons jaunes en première mi-temps qui les ont poussés à s’employer sur le pré dès l’entame“, commente Foxsports.

RUGBY. Futurs adversaires des Bleus, les Wallabies sont encore très loin du compteRUGBY. Futurs adversaires des Bleus, les Wallabies sont encore très loin du compteL’Australie, avec deux victoires sur six dans le championnat, doit désormais panser ses plaies avant de se tourner vers sa tournée dans l’hémisphère nord.” Mais s’ils ne réagissent pas cet automne, les mois à venir pourraient être long et le Mondial bien plus court qu’espéré. Pour l’heure, l’Australie ne compte de 37,9 % de victoires en 29 matchs depuis que Rennie a pris les commandes de la sélection. Le sélectionneur a d’ailleurs laissé entendre que têtes pourraient tomber. Et ce, afin de notamment inverser la tendance selon laquelle les Wallabies concèdent trop souvent des points en premier, comme cela a été le cas dans huit des neuf matchs joués en 2022. Alors oui, des joueurs manquent à l’appel, et non des moindres comme Quade Cooper, Samu Kerevi et Michael Hooper. Mais Rennie a besoin de certitudes dans son groupe en vue du Mondial. Tom Wright pourrait éventuellement faire les frais de ses mauvaises performances, le sélectionneur lui préférant Suliasi Vunival à l’avenir.VIDEO. En finesse, Caleb Clarke encastre Tom Wright dans la pelouse de l'Eden ParkVIDEO. En finesse, Caleb Clarke encastre Tom Wright dans la pelouse de l’Eden ParkCôté néo-zélandais en revanche, on reprend peu à peu du poil de la bête. Comme souvent avec les All Blacks, ils montent en puissance au fil des matchs. Il leur aura fallu plus de temps cette année. Mais on peut imaginer que la Nouvelle-Zélande version 2022 ne sera pas celle de 2023.La performance de samedi soir n’était pas le match parfait, mais c’était une avancée significative par rapport à la prestation de Melbourne“, analyse ESPN. Le retour d’Ardie Savea leur a fait du bien tandis que les deuxièmes lignes vétérans Sam Whitelock et Brodie Retallick ont une nouvelle fois été précieux dans le combat. Cependant, un homme s’est particulièrement illustré à un poste qui n’était pas le sien, Jordie Barrett. Aligné an premier centre, le plus jeune de la fratrie “a couru avec autorité au milieu de terrain, faisant souvent reculer les défenseurs australiens, pour effectuer 17 courses étonnantes pour un total de 82 mètres. Il a également réussi un neuf plaquages et aucun raté.” Critiqué ces dernières semaines pour sa propension à aligner des joueurs à des postes qui ne sont pas habituelles, Ian Foster se retrouve avec des choix de riches pour composer sa feuille de match.

Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published.